Passage de la traite conventionnelle à la traite robotisée – partie 2

By Francisco Rodriguez

Partie 2 La mise en route des robots a été faite et la véritable aventure a commencé. Il est maintenant temps de vous concentrer sur ce qui compte vraiment en planifiant bien tous les éléments de manière à vous assurer un brillant avenir. Gardez à l’esprit que la mise en œuvre d’un bon plan ne peut apporter que du bon, et qu’à partir de là, tout est possible.

Deux jours après la mise en route : Se concentrer sur l’essentiel et miser sur la simplicité

Le début est la partie la plus difficile de tout changement. Vos vaches et vous êtes à présent dans la partie la plus stable de la courbe d’apprentissage. Vous vous êtes procuré un outil technologique très performant et il n’y a rien d’étonnant à ce vous soyez très attiré par l’éventail de possibilités qu’il vous offre. Toutefois, il est essentiel de mettre vos efforts aux bons endroits et de vous concentrer sur l’essentiel pour que la transition se fasse le plus en douceur possible. Il est important de lancer le système en utilisant une configuration de base, ou ce que l’on appelle communément le « mode sans échec », de manière à ce que tous les éléments puissent fonctionner sans trop d’ajustements. Lancer le système en mode sans échec vous permet de vous concentrer sur les routines quotidiennes et, plus important encore, sur l’adaptation du troupeau. En d’autres mots, vous avez organisé une grande fête, vous avez des invités et vous devez maintenant être le meilleur hôte possible :

1. Intervalles et fréquence de traite :

L’objectif à la fin de la première semaine est d’obtenir une fréquence de traite supérieure à 2,5 traites par vache par jour et un minimum de 2 traites par vache par jour pour tous les animaux. Afin d’assurer des intervalles de traite de moins de 12 heures ainsi qu’un bon équilibre entre la fréquence de traite et l’utilisation du robot, il est important de fixer des permissions de traite adéquates en fonction du stade de lactation :

• De 1 à 100 JEL (jours en lait) : 4 heures ou production prévue de 14 livres
• De 100 JEL à 40 jours avant le tarissement : 6 heures ou production prévue de 16 livres
• Moins de 40 jours avant le tarissement : 8 heures ou production prévue de 18 livres

Vous devez vous rappeler qu’avec un concept de circulation guidée, il faut à tout prix assurer une bonne configuration des portes intelligentes et une bonne gestion des aires d’attente en fixant le nombre de vaches et la capacité maximale en fonction de la superficie disponible par vache et du nombre de robots par aire d’attente. Idéalement, il faut prévoir 45 pi2 par vache et limiter à 7 le nombre maximal de vaches par robot dans l’aire d’attente. L’objectif est d’arriver à une production de 30 livres par traite, et bien que les permissions de traite indiquées ci-dessus semblent bien en deçà de cet objectif, il faut se rappeler que les vaches n’auront pas accès au robot à chaque tentative, soit parce qu’il sera déjà occupé, soit parce que des vaches feront déjà la file pour y accéder, etc. Par conséquent, il est important d’assurer une certaine flexibilité dans les premiers temps.

2. Vaches à aller chercher :

En raison du processus d’apprentissage et sur la base des données fournis par les rapports concernant l’attente à la traite, il est important de guider les vaches en retard (plus de 12 heures depuis la dernière traite) vers le robot. Un processus graduel doit être mis en place en fonction de la vitesse d’adaptation de votre troupeau à la nouvelle réalité entourant la circulation dans l’étable. Commencez par aller chercher les vaches en retard toutes les 4 heures, puis repoussez l’intervalle au fur et à mesure que les vaches apprennent la routine et que le nombre d’animaux en retard commence à diminuer. Augmentez graduellement l’intervalle en espaçant la routine à toutes 6 heures, puis à toutes les 8 heures, et enfin à toutes les 12 heures, ou deux fois par jour.

3. Procédure de traite :

Assurez-vous que tous les outils qui sont à votre disposition sont utilisés de manière à protéger la santé du pis en tout temps :

• Utilisez des bains de trayons vaporisables et compatibles.
• Maximisez la couverture des trayons au moment de la pulvérisation en utilisant une buse de la bonne taille et le bon mode de pulvérisation et en vous assurant que l’indexation des vaches est bonne et que la vitesse de déplacement est adéquate.
• Il est fortement recommandé de vaporiser les trayons avant et après la traite avec un désinfectant efficace.
• L’utilisation d’un désinfectant approuvé pour le nettoyage des trayons et dilué conformément aux instructions est nécessaire.
• Fixez les paramètres du système pour un nettoyage intensif des trayons peu importe le type de litière utilisé ou le niveau de propreté des surfaces. De cette manière, toutes vos vaches profiteront d’un niveau de protection optimal.

4. Alimentation :

Le principal objectif est de motiver vos vaches afin de maximiser la fréquence de visite au robot à tous les stades de la lactation, ce qui favorisera une bonne circulation des animaux en tout temps et permettra de minimiser le nombre de vaches à aller chercher. Il doit toujours y avoir des aliments disponibles dans la mangeoire, ce qui signifie qu’il faut nourrir les vaches au moins deux fois par jour et que la ration doit être repoussée fréquemment, c’est-à-dire au moins toutes les 4 heures. En ce qui concerne les aliments distribués au robot, des paramètres d’alimentation de base sont nécessaires :

  • Aliments disponibles par vache par jour : La quantité de grains varie en fonction du concept de circulation choisi. Pour simplifier les choses et vous permettre de vous concentrer sur ce qui compte vraiment, il vaut mieux adopter une stratégie d’alimentation de base, mais sûre. Déterminez une quantité fixe d’aliments disponibles par jour et par visite pour toutes les vaches, de manière à ce qu’elles soient toutes également motivées. Cette stratégie est recommandée pour les 20 premiers jours suivant la mise en route seulement.
  • Circulation libre ou présélection « Alimentation en premier » : 16 livres par vache par jour pour toutes les vaches; 4 livres par visite.
  • Présélection « Traite en premier » : 8 livres par vache par jour pour toutes les vaches; 2 livres par visite.

Évidemment, la consommation d’aliments variera en fonction de la fréquence de traite. Par conséquent, les rations partielles mélangées (RPM) devront être équilibrées pendant cette période en fonction des données de consommation moyenne d’aliments par jour fournies par le système.

5. Gestion de la litière :

Puisqu’il s’agit d’une période stressante pour les vaches et que leur pis doit tranquillement s’adapter au nouveau système, il faut en tout temps s’assurer que les stalles sont propres et bien sèches et que la litière est confortable. Il faut aussi garder les allées propres.

6. Gestion des données :

À ce stade, vous devriez gérer les actions et les rapports de performance clés de manière très simple, c’est-à-dire en vous concentrant sur les tâches quotidiennes et en vous assurant que les choses progressent dans la bonne direction. Passer en revue les rapports essentiels trois fois par jour est suffisant. Il vaut mieux éviter de procéder à des réglages ou à des ajustements fréquents pendant cette période.

20 jours après la mise en route : Évaluer la situation et faire les ajustements nécessaires

La période la plus stressante est derrière vous. Vos vaches s’adaptent tranquillement au nouveau système et, de votre côté, vous vous habituez à votre nouveau style de vie. Il est maintenant temps de faire le point et de commencer à faire les ajustements nécessaires :

1. Alimentation :

Il est fortement recommandé d’élaborer un plan d’alimentation personnalisé en fonction du concept de circulation choisi, des stratégies d’alimentation privilégiées, des quantités d’aliments distribués, du nombre de jours en lait, de la fréquence de traite et de la production de lait, et ce, tout en tenant compte des trois phases d’alimentation préconisées dans les installations robotisées :

• Adaptation : de 0 JEL jusqu’à 15 à 21 JEL
• Cible : De 15 à 21 JEL jusqu’à 70 à 100 JEL
• Optimisation : Après 70 à 100 JEL

La prochaine étape, une fois que le plan d’alimentation a été établi et revu par l’équipe de gestion, y compris par les conseillers, consiste à configurer le système. Assurez-vous d’avoir une connaissance suffisante des différents réglages et paramètres disponibles. Si ce n’est pas le cas, consultez votre fournisseur d’équipement. Enfin, un dernier détail mais non le moindre, vous devez vous assurer que la consommation individuelle d’aliments au robot dépasse les 80 à 90 pour cent sur une moyenne de 72 heures. Si certains animaux consomment moins, il faut apporter des ajustements.

2. Vaches à aller chercher :

Maintenant que la majorité des vaches se rendent au robot par elles-mêmes, il est temps d’évaluer le taux de vaches à aller chercher et le temps consacré à cette tâche, et d’ajuster les routines au besoin. L’élément clé à ce stade est de commencer à y aller par priorité, selon le stade de lactation des vaches. Les intervalles de traite chez les vaches fraîches vêlées ne devraient pas dépasser 8 heures, tandis qu’on peut maintenir un intervalle de traite de 12 heures pour les vaches en milieu et en fin de lactation.

3. Évaluation de la performance de traite :

Ciblez les vaches pour qui la pose des gobelets ou la traite est difficile puisqu’il y a plusieurs facteurs qui peuvent compromettre une bonne performance de traite, principalement ceux qui sont liés à la conformation du pis, à la forme des trayons, au tempérament de l’animal ou même à la propreté des trayons. Il est recommandé d’évaluer l’indice de performance par vache. Idéalement, l’ensemble du troupeau devrait avoir un indice supérieur à 100, ce qui signifie un temps de pose de moins de 15 secondes par trayon ou de 1 minute au total. Concentrez-vous sur les vaches qui sont sous ce seuil, en mettant vos efforts en priorité sur celles qui se situent dans la plage inférieure.

4. Qualité du lait et santé du pis :

Une vérification quotidienne des indicateurs de santé du pis est cruciale. Assurez-vous que la conception des rapports et les routines de gestion sont adéquates. Peu importe le type de technologie utilisée, la santé du pis doit être une priorité, surtout que les contacts physiques avec votre troupeau sont probablement moins nombreux qu’avant. Les animaux qui ont des indicateurs anormaux doivent faire l’objet d’un examen physique pour que des actions, par exemple des prélèvements à des fins de culture, puissent être prises à temps.

5. Gestion des données :

Il est maintenant temps d’accorder plus d’attention à la configuration du système et aux détails, surtout en ce qui concerne deux domaines clés : la procédure de traite et la gestion de l’alimentation. L’évaluation et l’analyse deviennent alors des éléments importants de vos routines quotidiennes.

Deux mois après la mise en route : Faire les ajustements nécessaires pour assurer une performance optimale

Maintenant que le troupeau s’est habitué au système, que tout le monde a appris à bien l’utiliser et que le système est prêt à en offrir plus, il est temps de commencer à explorer de nouvelles possibilités :

  • Alimentation : Apportez des ajustements aux taux de distribution au niveau du groupe et à la vitesse de distribution au niveau individuel. Vous pourrez ainsi vous assurer que vos vaches reçoivent les quantités auxquelles elles ont droit pendant la traite, ce qui aura des répercussions positives sur l’éjection du lait et donc sur la vitesse de traite.
  • Temps passé dans la stalle et performance du robot.
  • Il est recommandé d’arrêter la distribution des aliments lorsqu’il ne reste que deux quartiers à traire. De cette manière, il n’y aura plus d’aliments dans la mangeoire lorsque la traite sera finie et la vache n’aura d’autre choix que de quitter la stalle pour laisser entrer la vache suivante.
  • Évaluez la production par traite de chaque vache et ajustez les permissions de traite au niveau du groupe ou au niveau individuel, au besoin, ce qui permettra d’optimiser l’utilisation du robot.
  • Évaluez la santé du pis et les paramètres de nettoyage des trayons afin d’ajuster le niveau de nettoyage. Il est payant d’avoir des vaches propres au robot puisque plus le temps de nettoyage est court, plus le temps de traite disponible est grand.
  • Reproduction : Assurez-vous que les systèmes d’activité et les rapports de reproduction sont bien configurés. C’est le moment de tirer profit des autres facettes de la technologie et de travailler à l’amélioration d’autres éléments cruciaux, comme la reproduction.

Six mois après la mise en route : Fixer des objectifs et tracer la route vers le succès

Il est temps de procéder à une planification stratégique en fonction de divers scénarios et de divers échéanciers. Fixer des actions à mettre en œuvre et des objectifs à atteindre à court, à moyen et à long terme vous aidera à vous rendre là où vous avez toujours voulu aller. Continuez votre bon travail et bonne chance!

Contactez votre concessionnaire DeLaval

Pour des questions générales