À l’aide de contact humain pour la gestion de troupeau efficace

By Nancy Charlton

Cet article a été publié originalement dans progressiste Dairyman le 31 mars 2016

Plus qu’un simple désagrément, l’hiver peut créer des problèmes de santé et d’assainissement qui peuvent menacer la productivité globale. Avec le froid mordant dans le tournant, n’oubliez pas de vous préparer à tous les défis qu’il amène avec lui.

Un programme de gestion de ferme complet devrait être mis en place longtemps avant que ne tombe le premier flocon. Bien que d’excellentes solutions, comme les bains de trayons haut de gamme sont essentielles en cette période de l’année, votre expertise en gestion fera toute la différence.

Dressez votre Plan

Les conditions d’hiver peuvent irriter la peau des trayons qui peut varier entre de légères gerçures jusqu’aux engelures graves. La peau gercée et fissurée est le terreau idéal pour les agents pathogènes causant la mammite, donc une prudence accrue est nécessaire pour maintenir les trayons souples et éviter une baisse de productivité. Le bon Bain de trayons (lien vers http://www.delaval-us.com/-/Dairy-knowledge-and-advice/Milking/Milk-quality/Teat-dips/) c’est un bon départ, mais d’autres éléments doivent être considérés:

• Prêtez attention à la routine de traite et réglez les retraits avant la chute des gobelets. Un temps machine de l’unité de traite, avec peu ou pas de débit de lait, est une cause principale d’anneaux et d’irritation au bout des trayons.
• Protégez les vaches contre le vent et fournissez un abri efficace avec des matériaux de litière secs et propres pour aider à assurer le confort de la vache.
• Pulvérisez toujours les trayons puisqu’omettre cette étape ne garantit pas des trayons secs. Quelles que soient les mesures que vous prenez, même une mince pellicule de lait peut entraîner des engelures. En outre, lorsque le froid intense se combine à de forts vents, les trayons peuvent tout de même geler même s’ils sont secs. Il y a un plus grand risque d’exposer le troupeau à des bactéries qu’à des engelures, de sorte qu’il ne faut jamais ignorer cette étape.
• Portez attention à l’indice de refroidissement éolien, car c’est votre meilleur guide pour prévenir les engelures. Chaque fois que le refroidissement éolien varie entre 0 °F et -25 °F, il existe un risque d’engelures.
Effet du Refroidissement éolien sur la peau des trayons
Les germicides et hydratants sont essentiels pour aider à promouvoir des trayons sains et prévenir la mammite, mais en hiver, ils deviennent encore plus cruciaux.  Les températures froides ne tuent pas les bactéries qui résident dans la litière. Une vache couchée dans une logette réchauffera le sol légèrement en dessous de sa température corporelle ce qui fournit un climat idéal pour les agents pathogènes.

Pour vous aider à garder votre troupeau sain et productif, assurez-vous de sélectionner un bain de trayons supérieur (lien vers http://www.delaval-us.com/-/Dairy-knowledge-and-advice/Milking/Milk-quality/Teat-dips/) avec une efficacité germicide éprouvée de 99,999 % ou supérieure et d’excellents émollients. Laissez-nous vous aider à trouver celui qui est conçu pour fonctionner avec votre robot de traite VMS (lien vers courriel ? Lien vers http://www.delaval-us.com/-/Find-your-nearest-dealer/?)

Photo : Alors que les systèmes de traite automatisée remplacent le contact humain dans le processus de traite, les éleveurs ont toujours besoin d’utiliser leurs sens humains et le gros bon sens pour s’assurer que l’équipement de traite fonctionne correctement. Photo fournie par DeLaval.

À mesure que la technologie avance à un rythme étourdissant, des outils sont introduits à l’industrie laitière avec la promesse d’aider à améliorer la productivité. La traite robotisée est l’une de ces technologies qui promettent une multitude d’avantages.
Bien que ces avantages soient réalisables, on oublie parfois que les humains règnent en maître sur la prise de décisions qui ont la plus grande incidence sur la gestion de troupeau.
Le cerveau derrière n’importe quel robot de traite est le logiciel qui traite les données de la traite. Les fermes laitières qui utilisent des solutions robotisées intégrées ont la possibilité de compiler de l’information provenant de plusieurs points de données. Bien que les logiciels excellent dans le traitement de ces grandes quantités d’information, ils ne peuvent reproduire les instincts que les bons éleveurs développent au fil du temps.
Nous sommes nés avec la capacité de recueillir de l’information sur le monde qui nous entoure, et nous effectuons des choix sur la façon d’agir sur notre milieu externe. Bien que la technologie nous épargne du temps pour de nombreuses tâches et peut certainement contribuer à la gestion par exception, elle ne parvient toujours pas à remplacer le contact humain dont toutes les fermes laitières requièrent dans une certaine mesure.
L’utilisation de nos sens
Le premier instinct, fondé sur l’apport de nos sens, contient souvent une multitude d’informations vitales. En quoi est-ce lié à la robotique ? Alors que les échéances d’entretien courant sont indispensables et devraient être suivies conformément aux recommandations du fabricant, une connaissance générale du robot devrait aider si quelque chose d’inattendu survient.
Le logiciel de gestion du troupeau fournit des indicateurs sur la fonctionnalité générale du robot et les notifications de l’entretien régulier. En complément de ces données, avec les renseignements recueillis par quatre des cinq sens (généralement, nous n’utilisons pas le goût dans cette instance) offre une perspective déterminante dans l’étable et la salle du robot.

• Vue — en plus de l’utilisation de la vue pour examiner la performance du troupeau et les statistiques du robot, il fournit des réponses honnêtes aux questions à propos de la propreté de l’environnement. Par exemple, est-ce que tous les points de contact de la vache sont propres ?

L’étable est-elle propre, et quel en est l’impact sur l’hygiène de la vache lorsqu’elle pénètre dans le Robot ? La vue permet également de confirmer que toutes les pièces sur le robot fonctionnent correctement et en souplesse.

Elle montrera comment le robot interagit avec la vache au moment où la traite s’effectue. Contrôler visuellement les barils de produits chimiques pour le nettoyage aide à vérifier leur volume et le marquage de leur niveau sur une base hebdomadaire illustre facilement les niveaux d’utilisation.

• L’Ouïe — quand les étapes du processus de traite ont lieu, depuis le nettoyage des trayons, à la pose pour la traite, à la fin de la traite et au nettoyage, le son offre des aperçus de la fonctionnalité du robot. Ces observations fournissent plusieurs indications sur le niveau de l’air, du vide et du fonctionnement de base de l’équipement.

Tous ces bruits doivent être familiers si le robot est maintenu sur une base journalière. Plus un éleveur connaît comment un robot bien entretenu fonctionne, plus l’identification d’un problème est rapide.

De plus, la liste de notifications devrait être examinée quotidiennement afin d’obtenir plus d’informations sur le fonctionnement du robot. Un manuel approprié devrait fournir des orientations vers la cause possible de la notification — et contactez le technicien en robotique certifié si nécessaire.

• L’Odeur — certaines odeurs autour de la ferme sont très familières, comme des fourrages bien fermentés, mal fermentés, une vache en acétonémie ou en rétention placentaire. Les odeurs peuvent également jouer un rôle dans le maintien des robots en alertant l’opérateur de cubes d’aliments moisis.

L’odorat avise également de résidus de lait gâtés ou de fumier dans le poste de traite du robot qui pourraient avoir besoin d’un nettoyage. Une ventilation qui ne circule pas de l’air propre et frais est une autre odeur que requiert l’attention de l’éleveur.

• Le Toucher — lors du déplacement de pièces du robot en mode sécuritaire, la tension nous alerte des zones qui nécessitent un serrage. Lorsque vous prenez le temps d’examiner les manchons trayeurs et d’autres pièces qui entrent en contact avec les vaches, vous pourriez avoir l’occasion d’apporter des modifications avant que des problèmes ne surviennent en ce qui a trait à la qualité du lait et au confort de la vache.

Une surveillance systématique des manchons trayeurs et du gobelet-laveur offre l’avantage supplémentaire de détecter l’usure des manchons trayeurs avant l’entretien régulier. Si cela se produit, il convient d’en discuter avec votre concessionnaire à savoir si les paramètres de lavage devraient être ajustés pour éviter une usure excessive des pièces ou si un autre manchon trayeur serait plus approprié pour le troupeau.

Sentir et analyser la peau pendant l’évaluation régulière des bouts de trayons peut également fournir des informations pour ajuster les réglages du robot ou appliquer un désinfectant différent pour les trayons selon les différentes saisons.

Utiliser le gros bon sens
Allant de pair avec l’utilisation de nos sens, une orientation claire concernant les descriptions de tâches et les procédures normalisées devraient toujours être considérées. Une liste laminée des tâches journalières, hebdomadaires et mensuelles devrait être fixée là où elle peut être consultée de façon routinière.
Le démarrage de la traite robotisée amène les éleveurs dans un Nouveau Monde, mais s’ils peuvent maintenir des aspects familiers dans leur travail quotidien, cela aidera à combler l’écart jusqu’à ce que le robot et le logiciel de gestion de troupeau ne fassent partie de la routine.
Les robots ne sont pas une panacée pour guérir tous les maux et, parfois, peuvent même accentuer les problèmes sur une ferme laitière. Par exemple, une ferme qui n’a pas défini de procédures normalisées, ou une qui ne les prend pas au sérieux pourrait voir tous ses efforts minés une fois le robot mis en ligne. Lorsque cela se produit, toute économie de main-d’œuvre commence à s’éroder alors que la ferme s’efforce de s’organiser.

La quincaillerie ou le logiciel ne devraient jamais nous retirer des interactions physiques quotidiennes avec l’équipement et les animaux. Même les jours avec interaction minimale, comme les jours fériés et les dimanches, nécessitent toujours que quelqu’un circule dans l’étable au moins deux fois. Les caméras de surveillance de la ferme sont de merveilleux outils pour remplacer les visites fréquentes sans compromettre la gestion de la ferme.

Peu importe ce qu’un éleveur définit comme une priorité, incluant l’amélioration de la santé du troupeau, l’amélioration de la productivité ou de la qualité du lait, la technologie intégrée de traite robotisée la complète et la renforce. Cependant, il n’y a pas de substitut à la connaissance et l’intuition de l’éleveur, des conseillers laitiers, des vétérinaires et d’autres qui ajoutent une touche humaine.

Contactez votre concessionnaire DeLaval

Pour des questions générales