La clé d’une reproduction bien maitrisée est le timing; améliorez vos décisions avec DeLaval DelPro™ et le Herd Navigator™

Une efficace et profitable de la reproduction dans un troupeau laitier demande des vaches en bonne santé et une routine de suivi pour détecter les chaleurs et les vaches affectées par un trouble de reproduction.

Management de la Reproduction

Les progrès génétiques depuis les dernières décennies ont favorisé la production laitière, résultant en des vaches plus productives qui expriment moins leurs chaleurs, et sur des périodes plus courtes. (figure 1). La détection de chaleur visuelle demande beaucoup de temps et ne permet pas de tout détecter. En parallèle, les chaleurs silencieuses sont de plus en plus courantes dans les troupeaux laitiers modernes. 

Figure 1: Les Hautes productrices présentent des périodes de chaleurs plus courtes, et des niveaux d’activité plus faibles. (Adapté de Lopez et al., 2004)

 

Une étude (Dobson et al., 2008) rapporte que depuis 30 – 50 ans, le pourcentage de vaches montrant des signes de chaleurs a baissé de 80% à 50%, la durée d’expression de ces signes de 15h à 5h, et le taux de conception à la première IA de 70% à 40%. Cela amène des pertes économiques car on allonge les intervalles vêlage – vêlage et on augmente le nombre d’inséminations. Les recherches de par le monde mettent en avant une perte entre 2€ et 5€ par jour vide après la période d’attente volontaire. Cela soutient le fait que la détection des chaleurs et la capacité de rendre des vaches gestantes et primordial sur les élevages laitiers contemporains.

La progestérone comme Biomarqueur du fonctionnement des organes reproducteurs

Beaucoup d’hormones interviennent dans le contrôle direct ou indirect de la reproduction. Les hormones agissant directement sont l’hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires (GnRH) sécrétée par l’hypothalamus, l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et l’hormone lutéinisante (LH) sécrétées par la partie antérieure de l’hypophyse, l’oestrogène sécrétée par les foliculles, la progestérone secrétée par le corps jaune et la prostaglandine (PGF2α) sécrétée par les vésicules séminales. Chacune de ces hormones a un rôle différent et influence la libération d’autres hormones dans le cycle de reproduction de la vache laitière.

Figure 2: Développement hormonal pendant le cycle sexuel

De toutes ces hormones, la progestérone a été choisie pour être analysée par le Herd Navigator™ car c’est celle qui procure le plus d’informations sur le statut de reproduction d’un animal tout au long de la lactation.

Après le vêlage la vache n’a pas d’activité ovarienne (anoestrus) et ne produira pas de progestérone. Après quelques semaines, la vache démarrera un cycle ovarien, montrera des signes de chaleur et ovulera. Après l’ovulation, le corps jaune sera formé dans l’ovaire et commencera à produire de la progestérone. La production de progestérone s’arrêtera quand la vache s’approchera d’une nouvelle chaleur et recommencera après la nouvelle ovulation. Ce cycle se répète tous les 18 à 24 jours jusqu’à ce que la vache devienne gestante. Dans ce cas, le corps jaune va continuer de produire de la progestérone pour maintenir la gestation. (figure 3). La production de progestérone va continuer jusqu’au vêlage sauf si la vache avorte, dans ce cas, la production de progestérone s’arrête. 

Figure 3: Exemple d’une courbe de suivi de Proegestérone montrant un anoestrus, deux cycles de chaleurs puis une gestation. 

Le Herd Navigator™ utilise les résultats d’analyse de la progestérone et d’autres informations de l’animal pour interpréter, à l’aide des Biomodèles DelPro, l’évolution et la tendance des courbes de progestérone de chaque vache.

Détection de chaleurs et insémination

Après la première ovulation, le Biomodèle va détecter les hausses de progestérone. Dès ce moment, le Biomodèle considère que la vache est cyclée, et va s’attendre à une venue en chaleur 8-12 jours plus tard. La chute de progestérone est le signal que le corps jaune a régressé, permettant à un follicule dominant de murir et d’ovuler. Quand le moment de la chaleur attendue approche, la fréquence d’échantillonnage augmente. Dès que la progestérone tombe sous les 5 ng/ml le Biomodèle enverra une alarme chaleur. Cette alarme chaleur va être le point de référence pour détecter la prochaine chaleur prévue, d’ici 19-23 jours. Le procédé décrit ci-dessus se répète à chaque fois qu’une alarme chaleur est émise.

Figure 4: Courbe de progestérone d’un vache cyclée avec les alarmes chaleurs du Herd Navigator™.

En plus des alarmes chaleurs, le Biomodèle calcule la qualité de chaleur (0-100%); cela est une estimation de la qualité de l’environnement utérin et de l’ovocyte (œuf), basé sur le profil de la courbe lors du dernier cycle. Comme la chute de progestérone arrive avant que l’œstrogène n’augmente, l’alarme chaleur va être envoyée avant les signes visuels de chaleurs. Une recommandation générale est d’inséminer les animaux 36-48 heures après l’envoi de l’alarme, mais cela peut varier selon des conditions spécifiques ou pour certains animaux.

Confirmation de gestation

La progestérone est une hormone nécessaire au maintien de la gestation et peut être utilisée pour suivre le statut de gestation. Quand une vache est inséminée après une alarme chaleur, le Biomodèle suit l’évolution de la progestérone. Si le niveau augmente rapidement après l’insémination et reste à un haut niveau, le modèle enverra une confirmation de gestation environ 35 jours après IA. A partir de ce moment, le système continuera à suivre le niveau de progestérone pendant encore 20 jours.

Environ 95% des morts embryonnaires et des avortements arrivent dans les 55 jours après l’IA, ce pourquoi le Herd Navigator™ va arrêter d’échantilloner après 55 jours. Un échantillonage peut être demandé si l’éleveur observe ou suspecte un avortement, soit en reportant un événement d’avortement, soit en demandant un échantillon depuis DelPro FarmManager. Dans le cas de l’avortement, le système recommencera à analyser la vache jusqu’à ce qu’elle devienne à nouveau gestante.

 

Figure 5: Courbe de progestérone d’une vache gestante et confirmation de gestation par le Herd Navigator™.

Standard Operating Procédures (SOP) – Arbres de décisions

Avoir une méthode de travail consistante est cruciale dans l’environnement actuel, avec différentes personnes intervenant au sein de l’exploitation il faut standardiser les pratiques, et définir des actions à mener pour chaque tâche comme par exemple le moment de l’insémination. Enregistrer les événements est également très important.

Par exemple, la décision d’insémination doit prendre en compte tous les critères pour offrir des conditions optimales et atteindre un haut taux de gestation. Sur les vaches hautes productrices, avec 55-65 kilos de lait par jours et une courbe de lactation relativement plate il peut être bénéfique d’allonger la période d’attente volontaire (PAV), même si elles présentent des signes de chaleurs avant.

Ci-dessous un exemple d’arbre de décision pour l’insémination, utilisant les données de jours en lactation, production laitière et qualité de chaleur comme critère d’analyse. (Figure 6).

Figure 6: Exemple d’arbre de décision pour l’insémination issu de DelPro™ FarmManager.

 

Contacter votre concessionnaire DeLaval

Votre concessionnaire DeLaval local

DeLaval France

3 Boulevard Jean Moulin
78990 ELANCOURT

Pour des questions générales